MANIFESTE SAINT ANTIPAS

Manifeste Saint Antipas

Janvier 2022

Nous, fidèles catholiques – laïcs, consacrés, clercs – de toutes sensibilités, ne pouvons plus nous taire devant la mise en place d’une politique qui nous semble contraire aux valeurs de l’Évangile. Après deux ans de crise, il nous apparaît en conscience comme un devoir envers tous, au nom du bien commun et du service de la vérité, d’écrire ce manifeste, alors que la société qui se dessine sous nos yeux voit s’estomper nombre de fondamentaux de l’humanité.

Depuis le début de l’épidémie de covid-19, un ordre sanitaire et autoritaire de plus en plus contraignant et disproportionné, a été mis en place dans différents pays, suspendant de manière durable des libertés fondamentales inaliénables. Toutes les valeurs ont été inversées. Sous l’emprise de la peur alimentée par les gouvernements et les médias,  de nouvelles normes sociales ont été imposées, entretenant la méfiance réciproque, alimentant les peurs, la division, la délation, la culpabilisation, le rejet, l’exclusion et la recherche de boucs émissaires.

Les victimes collatérales du système se comptent par millions et dans toutes les couches de la population : familles éprouvées, couples divisés, enfants et adolescents maltraités et traumatisés, étudiants en dépression, personnes âgées isolées, interdites de visite, personnes décédées sans accompagnement ni funérailles, pertes d’emploi et faillites, soignants exploités puis éjectés, médecins interdits de soigner et malades privés de soins et d’accompagnement… la liste est longue.

Le passe vaccinal met aujourd’hui des millions de personnes en marge, les privant de leurs libertés fondamentales et les désignant comme la cause de tous nos maux… Comment réellement justifier tout cela sous couvert de solidarité et charité ? Finalement le mal occasionné par ces mesures n’est-il pas supérieur au bien recherché ?

Aujourd’hui, nous sommes nombreux, fidèles et prêtres, à penser que l’Évangile nous oblige à parler, à avoir une parole publique pour dénoncer cet ordre sanitaire qui est bâti sur la peur…

  • PNous ne pouvons pas accepter de garder le silence lorsque s’installe dans notre pays une véritable ségrégation d’une partie de nos concitoyens, induite par des passes sanitaires ou vaccinaux. Cette ségrégation est en contradiction avec l’esprit évangélique.
  • PNous ne pouvons pas accepter, au sein de l’Église elle-même, que l'accès aux sacrements et aux activités ecclésiales soit soumis à des critères sanitaires qui conduisent à des exclusions. Face aux lépreux, Jésus a-t-il laissé ses apôtres établir un cordon sanitaire ?
  • PNous voulons rappeler avec force que la liberté de conscience de chaque individu est un principe inviolable que l’Église défend au nom de la dignité humaine. En tout ce qu’il dit et fait, l’homme est tenu de suivre fidèlement ce qu’il sait, en conscience, être juste et droit (cf. CEC 1778). Ainsi, l’homme « ne doit pas être contraint d’agir contre sa conscience. Il ne doit pas être empêché non plus d’agir selon sa conscience » (Vat II, DH3).
  • PNous ne pouvons pas accepter une société où les libertés fondamentales et l’intégrité des corps sont bafoués, la liberté de conscience est entravée, en imposant à tous, de manière déguisée, des vaccins encore en phase expérimentale, sur lesquels nous n'avons pas de recul, au mépris de toute prudence et de toutes les lois internationales, de l’Évangile et de la dignité de l’homme défendue par l’Église.
  • PNous ne pouvons pas cautionner une société où l'accès aux soins est conditionné à un passe et où les personnes âgées et les malades sont inhumainement isolés et privés de la visite de leurs proches et même d'un aumônier.
  • PNous ne voulons pas d'une société qui maltraite ses enfants qui (comme les adultes) sont testés et masqués en permanence, QRcodés et contraints à une vaccination sans justification médicale. N’est-ce pas aux adultes de protéger les enfants ?

Nous ne pouvons cautionner la mise en place d’une telle société d’exclusion, déshumanisée et aseptisée. Il est temps que les chrétiens fassent entendre une voix claire et audacieuse au service de la vérité, de l’espérance et de la liberté. Le Christ nous a aimés sans condition. Sachons nous montrer à la hauteur du Maître et de son accueil inconditionnel en refusant de participer à toute forme de ségrégation.

Nombre de signataires

3013 signatures comptabilisées

Signer le manifeste

Saint Antipas